Tous les espaces dans lesquels se déroulera le Festival seront ouverts au public 30 mn avant chaque évènement. Dans ce sens, nous vous conseillons fortement d’arriver avant l’heure indiquée sur le programme pour éviter tout phénomène de surpopulation dans les espaces ainsi que d’éventuels retards.

VENDREDI 25

19:00 – Hôtel Belvédère (Cerbère)

Ouverture du festival

+ projection de Confinement – الحجر الصحي

Rachid Ouettassi & Philippe Fourcadier

+ projection de #boza

Séverine Sajous & Anna Surinyach

+ cocktail

CONFINEMENT الحجر الصحي

A Tanger l’idée du confinement lui était comme pour beaucoup insupportable. De l’autre côté de la Méditerranée la sidération était la même pour lui aussi. Ces deux-là se connaissent depuis longtemps. Ils décident alors de confier leurs tourments à la photographie. Par une correspondance photographique. Une photographie par jour qui voyagera dans un sens. Puis dans l’autre. Puis rassemblées. Durant le temps officiel du confinement. De l’attente.

#BOZA

Un film sur les personnes migrantes du continent africain vers l’Europe. Avec un récit à la première personne en utilisant des vidéos et des selfies, Alhassane, Aminata, Mamadou, Mariam et Yahya racontent leurs voyages et leur objectif de “boza”. Un mot d’origine controversée et de signification exacte, “boza” est utilisé par ceux qui tentent de franchir cette frontière particulière et décrit l’objectif et le succès de la traversée. Le film #boza supprime tous les filtres, devenant un selfie collectif sur la migration.

SAMEDI 26

11:00 – Rambla de Catalunya, 24 (Portbou)

Preuve de choses qui vont arriver

Exposition

El Observatorio

Lara Amat, Erik Estany, Boris Mercado, Mer Cosco, Alejandra Rocabado, Magui Pichinini, Giulia Ferrari

Ce projet parle du virtuel, du cadre dystopique, de la multiplicité photographique, des espaces sûrs, des espaces non sécurisés, du temps, du corps, du mouvement, des coins, de la famille, des monstres, de l’habitation de mondes nouveaux, anciens, propres et étrangers. Ce qui a commencé comme une tentative de capturer la frontière comme concept, a fini par être une excuse pour une rencontre aussi numérique que douce, pour se réfugier dans la photographie, pour mettre le processus au centre: la création partagée comme résistance.

11:30 – Mur de la gare (Portbou)

Roboteca

Exposition

Association de photographie participative Jungleye (Séverine Sajous et Julie Brun)

Roboteca est un atelier de photographie participative qui traite  du «portrait-robot». Il est dédié aux populations déplacées, migrantes et réfugiées, mais aussi aux communautés d’accueil. Grâce à cette méthode de recomposition faciale, Roboteca devient un outil d’expression, de dénonciation et favorise  la cohésion et la stabilité sociale, en fournissant un soutien psychologique à tous-tes les participant-e-s. À partir d’autoportraits réalisés en studio, les participant-e-s assemblent des parties de visages pour créer ensemble de nouvelles identités. Aux coins des yeux ou autour des lèvres, les cicatrices  témoignent des chemins d’exil.

12:00 – Salle des douanes à la gare de Portbou

Ínsula

Exposition

aladeriva Lab

Max Álvarez, Paolo Bernardi, Irma Estrada, Paco G. Robles, Marta Garcia, Sebastià Masramón, Dani Morán, Vanessa Roca, Alex Wix

En collaboration avec l’école d’été Walter Benjamin

Ínsula est une interprétation ludique et créative du périmètre de Portbou assimilé à un territoire insulaire : entouré de mer, de montagnes, de voies ferrées et de frontières administratives. Créé lors du premier atelier de #LabPortbou, en janvier 2020, le projet se présente comme une exploration collective du territoire menée de manière impulsive et ludique inspirée des dérives situationnistes.

La proposition de Aladeriva était une invitation à se laisser emporter par les sensations de l’acte de marcher en tant que pratique esthétique, dans le but d’aborder la géographie subjective et sensible du territoire tout en générant de nouveaux récits. Par l’utilisation de différentes méthodologies dans le domaine artistique et social comme la photographie, la géographie ou l’ethnographie, et en utilisant des ressources visuelles telles que le collage, la cartographie ou le carnet de terrain, nous voulons comprendre ce qu’il en est de la rencontre entre le territoire et notre expérience dans un temps et un espace déterminé et irremplaçable.

12:30 – Salle La Congesta (Portbou)

#pandeMIA

Présentation et projection

Projet collaboratif

Une sélection des archives #pandeMIA en format audiovisuel. Un projet collaboratif qui rassemble différentes expressions culturelles sur le moment de changement social et historique que nous vivons en raison de la crise sanitaire actuelle. ⁠ A travers la collecte de témoignages internationaux, l’objectif est de faire entendre la voix des citoyens dans le processus de reconstruction que nous abordons déjà.

13:00 – Salle La Congesta (Portbou)

COVID Photo Diaries

Présentation

Jose Colon

Covid Photo Diaries est un projet créé par huit photojournalistes espagnols qui documente les effets de la pandémie de la covid-19 dans différentes régions d’Espagne.

À travers l’objectif  d’Anna Surinyach, Javier Fergo, José Colón, Judith Prat, Isabel Permuy, Manu Brabo, Olmo Calvo et Susana Girón, nous découvrons à quoi ressemble la vie enfermée, de quoi est faite cette nouvelle vie quotidienne et comment nous faisons face à l’épidémie.

Ce projet est né avec la vocation d’être la carte interactive d’un des événements les plus importants que nous ayons vécu ces dernières décennies. À la pertinence incontestable de documenter le quotidien de cette alerte sanitaire et ses conséquences pour la population, s’ajoute l’énorme valeur que ce témoignage visuel, pluriel et large, aura quand tout sera fini. Ce sera la mémoire de ce que nous vécûmes en ces temps.

Covid Photo Diaries est une réponse courageuse au défi de documenter une étape qui change nos vies. C’est une proposition collaborative et pionnière qui, en plus d’informer, inspire les autres et donne espoir.

17:00 – Salle Walter Benjamin (Portbou)

Aux frontières de la photographie

Conférence et table ronde

Christian Gattinoni

En collaboration avec l’école d’été Walter Benjamin

L’exploration systématique des frontières s’est récemment manifestée à travers quatre courants de recherche: la photographie povera, la photographie expérimentale, les images tangibles et les fictions documentaires, ces œuvres se trouvent dans le petit Salon Approche à Paris. De nombreux créateurs contemporains les abordent avec des esthétiques et des pratiques variées qui s’étendent également aux nouvelles technologies pour une meilleure approche de notre monde quotidien dans ses mutations en tous genres.

18:00 – Salle Walter Benjamin (Portbou)

La frontière habitée

Table ronde

Irma Estrada, Sebastià Masramón, Jordi Lafon et aladeriva Lab

En collaboration avec l’école d’été Walter Benjamin

La frontière habitée est le point de départ à partir duquel nous errons pour entrer dans le processus de création de «Insula». Il s’agit de produire un document visuel collectif  où émerge la narration de l’imaginaire du territoire de Portbou au moyens de la marche et de la pratique artistique et sociale dans un sens ludique et relationnel. Le territoire devient un lieu expérientiel qui permet d’explorer et de produire des cartographies non conventionnelles.

20:00 – Salle Walter Benjamin (Portbou)

Lost in Berlin

Performance

Catherine Vincent

Programmation de l’école d’été Walter Benjamin

Imaginé pendant leur résidence croisée Marseille/Berlin, “Lost in Berlin” s’inscrit dans le projet d’écriture texte & musique du duo musical Catherine Vincent “Benjamin, fragments”.

En jouant avec les lettres du nom de Walter Benjamin, les artistes ont créé l’anagramme Jamel Ibntrewan. L’imaginant exilé syrien réfugié à Berlin, ils décident de partir à la rencontre de l’un en suivant les pas de l’autre. À un siècle de distance, le même tumulte ?

21:00 – Chiringuito (Portbou)

Nuit diaporama

Retrospective du festival FotoLimo

+ Portbou (audiovisual)

Raimon Fransoy, Julián Kancepolski, Xavier Puig et Marc Ruiz. Co-production: xtvl et Elsabeth Produccions

DIMANCHE 27

10:00 – Salle des douanes à la gare de Portbou

Passeport aux étoiles

Performance

Rosa Brugat

Programmation de l’école d’été Walter Benjamin

La peur de la mort commence à partir du moment où l’homme en prend conscience par la raison. Bien que nous n’éprouvions pas tous le même degré d’angoisse, nous trouvons difficilement des individus préparés à la mort. Les pandémies jouent un rôle important en relation à ce problème. La peur amène la population à penser de façon irrationnelle et à se comporter comme un troupeau.

Ce projet cherche à interroger les terreurs collectives et la peur de mourir. La façon dont notre comportement change et comment nous nous battons instinctivement pour survivre.

En temps de guerre, les échappées désespérées, comme c’est le cas de celle de Walter Benjamin, sont aussi des moments de fatigue physique et mentale, d’énormes montées de stress qui influencent la psyché humaine pour que la souffrance cesse.

11:30 – Salle Walter Benjamin (Portbou)

L’Ange de l’Histoire (Angelus Novus)

Court métrage

Eric Esser

Programmation de l’école d’été Walter Benjamin

Une frontière en Europe. Une peinture de Paul Klee. Un poème de Walter Benjamin.

Un film sur hier et aujourd’hui, et combien il est difficile de se reconnaître l’un derrière l’autre.

Une sélection des archives #pandeMIA en format exposition. Un projet collaboratif qui rassemble différentes expressions culturelles sur le moment de changement social et historique que nous vivons en raison de la crise sanitaire actuelle. ⁠ A travers la collecte de témoignages internationaux, l’objectif est de faire entendre la voix des citoyens dans le processus de reconstruction que nous abordons déjà.

13:30 – Mairie de Cerbère

Failles

Exposition

Lahcène Abib

Puisant dans ses archives encore toutes brûlantes des derniers mouvements sociaux émergents en France en 2018 et en Algérie en 2019, Lahcène Abib nous offre avec « FAILLES » un puissant et riche témoignage des faits, adressant du même coup, un vibrant hommage d’empathie aux différents protagonistes.

14:00 – Place Cerbère

Repas populaire

Prix: 7€

16:00 – Plage de Cerbère

Jouez et créez avec la photographie

Activité

La Perversa

Une activité pour tous publics où chaque participant peut prendre ses propres photos et les développer avec une technique traditionnelle, analogique et amusante.