LES ÉTERNELS – Élodie & Delphine Chevalme

Commentaires fermés sur LES ÉTERNELS – Élodie & Delphine Chevalme FotoLimo 2019

Les éternels étrangers – étrangers à jamais – les immigrés et les enfants d’immigrés, dont l’histoire est le produit d’une autre histoire, celle de la France et de son empire colonial. Appelés pour reconstruire la France à la fin de la seconde guerre mondiale, ces ressortissants de l’empire colonial français, des hommes d’abord, puis des familles, ensuite, avec le regroupement familial permis dans les années 60, constituent une main d’œuvre abondante et bon marché. Jusqu’à la fin des années 60, l’obtention de la carte de résident est automatique, ensuite, il faut justifier d’un emploi dans l’hexagone et, avec la crise et le chômage des années 70, de travailleurs immigrés, ils deviennent des étrangers que la France voudrait bien voir partir. Pourtant, ils partagent une histoire en commun et y participent. Acteurs de la vie française, ils sont français avec des origines et se retrouvent, de ce fait, dans une utopie, au sens étymologique du terme.
Comment qualifier ces personnes françaises mais toujours perçues comme étrangères ? Les «autres» Français, les nouveaux Français comme préfèrent l’exprimer Sylvain Brouard et Vincent Tiberj, chercheurs du Cevipof (Centre de recherches sur la vie politique française. Ils sont les auteurs de Français comme les autres?, une enquête sur les citoyens d’origine maghrébine, africaine et turque.) Plus qu’une problématique de langage c’est le reflet d’un refus d’une identité fruit de l’Histoire et mobile.
C’est donc par la fiction photographique que nous avons décidé de raconter l’histoire contemporaine de l’immigration en France.

Nées en 1981, nous sommes un duo de plasticiennes, soeurs et jumelles. Nous travaillons conjointement depuis dix ans après avoir respectivement été diplômées en master Art-Espace à l’ENSAD et en master communication visuelle/design graphique à l’ENSAAMA.
L’identité, mise au pluriel et en perspective de l’Histoire, est l’objet de notre réflexion plastique. C’est par la circulation, géographique et plastique, que nos projets, depuis 2006, se sont construits.

Comments are closed.